Derniers articles

Catégorie articles

Se préparer à la Venue du Christ


Au cours de la célébration Pénitentielle à St Amant, le 14 décembre 2020

L’assistance a pu entendre l’homélie du Père Jean Michel Roger Bérubet que nous vous faisons partager

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 3,10-18.

En ce temps-là, les foules qui venaient se faire baptiser par Jean lui demandaient : « Que devons-nous faire ? »
Jean leur répondait : « Celui qui a deux vêtements, qu’il partage avec celui qui n’en a pas ; et celui qui a de quoi manger, qu’il fasse de même ! »
Des publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts) vinrent aussi pour être baptisés ; ils lui dirent : « Maître, que devons-nous faire ? »
Il leur répondit : « N’exigez rien de plus que ce qui vous est fixé. »
Des soldats lui demandèrent à leur tour : « Et nous, que devons-nous faire ? » Il leur répondit : «Ne faites violence à personne, n’accusez personne à tort ; et contentez-vous de votre solde. »
Or le peuple était en attente, et tous se demandaient en eux-mêmes si Jean n’était pas le Christ.

Jean s’adressa alors à tous : « Moi, je vous baptise avec de l’eau ; mais il vient, celui qui est plus fort que moi. Je ne suis pas digne de dénouer la courroie de ses sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu.
Il tient à la main la pelle à vanner pour nettoyer son aire à battre le blé, et il amassera le grain dans son grenier ; quant à la paille, il la brûlera au feu qui ne s’éteint pas. »

 

Par beaucoup d’autres exhortations encore, il annonçait au peuple la Bonne Nouvelle.

 Père Jean Michel Roger- Berubet

  Rencontre paroissiale          Toutes ces personnes qui viennent se faire baptiser par Jean veulent « bien faire », elles sont pleines de bonne volonté et pensent que quelque chose doit changer dans leur vie.

            Or, leur question n’est pas : « que dois-je penser ? » mais « que dois-je faire ?».

            Alors, à chacun, Jean apporte une réponse simple en lien avec leur vie : le percepteur, le militaire…cela rejoint les œuvres de miséricorde dans le récit du Jugement Dernier.

            Ce qui a du poids dans la balance, c’est la solidarité, la fraternité : donner un sandwich à celui qui a faim, un verre d’eau à celui  qui a soif, visiter un malade à l’hôpital, c’est bien cela qui compte aux yeux du Seigneur car c’est cela qui fait grandir son royaume.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils