Derniers articles

Catégorie articles

8 Février Fêtes de St JEROME EMILIEN et de Ste JOSEPHINE BAKHITA


Jérôme Emilien fondateur de la Compagnie des Serviteurs des Pauvres pour l’éducation des enfants abandonnés, appelée Compagnie des Clercs réguliers de Somasque 

Quatrième enfant de la noble famille déchue des Emiliani, comme tous les jeunes vénitiens du XVI Jérôme rêvait la carrière militaire, aussi parce que c’était la plus rémunératrice Ce militaire vénitien, aventureux et bon vivant, aux dépenses faciles, mena une jeunesse batailleuse et dévergondée. Il fut fait prisonnier par les armées de l’empereur germanique et comme il eut le temps de réfléchir et de méditer sur sa vie, il se convertit. Délivré miraculeusement par l’intercession de la Vierge Marie, il décida de consacrer sa vie aux miséreux, aux malades, aux enfants abandonnés et aux prostituées repenties dont il pensait qu’elles pouvaient renouer avec une vie nouvelle.

Il fonda une congrégation à Somasca près de Lecco  en Lombardie, et pour cette raison on les appela les ‘Somasques’.

La Compagnie de originale deviendra ensuite Congrégation, jusqu’au moment où Pie V l’élèvera en 1568 au rang d’Ordre, dont les religieux seront appelés Clercs Réguliers de Somasque, du nom de la localité que l’archevêque de Milan avait confiée à Jérôme et d’où tout était parti.

Dans le charisme des Somasques il y a la dévotion à Marie, vénérée comme «Mater orphanorum». Il vécut intensément sa vocation et mourut  âgé de 56 ans  le 8 février 1537 de la peste en soignant les pestiférés.

Jérôme Emilien est béatifié par Benoît XIV en 1747 et canonisé par Clément XIII en 1767. Le 14 mars 1928, pour le quatrième centenaire de l’institut Somasque, Pie XI proclame son fondateur patron des orphelins et de la jeunesse abandonnée. Il est fêté le 8 février.

Girolamo Emiliani – Site des Clercs réguliers de Somasque – en italien, espagnol, portugais.

Martyrologe romain

Dieu n’accomplit pas son œuvre en ceux qui ne veulent pas mettre en lui toute leur foi et toute leur espérance.

Joséphine Bakhita, religieuse 1869-1947

Soudanaise, esclave puis religieuse.
La Mère Noire – ainsi l’appelaient affectueusement les gens qui la connaissaient – s’éteint le 8 février 1947.
Le pape Jean Paul II a béatifié Joséphine Bakhita le 17 mai 1992.

Elle a été déclarée sainte le 1er octobre 2000.

« A l’âge de 7 ans, la soudanaise a été vendue comme esclave et «a dû affronter des difficultés et des souffrances indicibles». «Une fois libérée de ta servitude physique, tu as trouvé la vraie rédemption dans la rencontre avec le Christ et son Église», a déclaré François depuis la fenêtre du palais apostolique, avant de demander à Sainte Joséphine Bakhita d’aider tous ceux qui sont pris au piège de la servitude. 

Pape François février 2019

En 1931 sort un livre intitulé: Histoire merveilleuse. Ce livre raconte la vie de Bakhita et montre ses photos. Il connaît un grand succès.

Martyrologe romain

ô Seigneur, si je pouvais voler là-bas, auprès de mes gens et prêcher à tous à grands cris ta bonté: Oh, combien d’âmes je pourrais te conquérir! Tout d’abord ma mère et mon père, mes frères, ma sœur encore esclave… tous, tous les pauvres Noirs de l’Afrique, fais, ô Jésus, qu’eux aussi te connaissent et t’aiment!

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils