Derniers articles

Catégorie articles

5 Mai Fête de Sainte JUDITH


JUDITH

Bénédictine au Disibodenberg (✝ 1260)

ou Jutta von Sangerhausen.

Née en Thuringe, dans la no­ble famille des Sanserhausen, Judith, ou Jutta, ne veut pas se marier malgré la pression de ses parents. Et un beau matin, elle y consent, alors que plus personne n’y croyait. Une inspiration spirituelle avait, seule, guidé cette décision, dira-t-elle.

Elle épouse le noble Johannes Konopacki. Judith se révèle être une épouse exemplaire et une mère attentive. Ses enfants entrent tous dans un monastère et son mari meurt au cours d’un pèlerinage en Terre sainte. Devenue précocement veuve, elle quitta son pays et sa parenté pour rejoindre son frère qui était grand maître de l’Ordre Teutonique. Elle passa le reste de sa vie près de lui, à Kulmsee*, dans l’exercice des bonnes œuvres. Elle y fonda un hôpital et un monastère. Elle consacre alors sa vie au soin des malades et des lépreux en particulier. Judith se rend en Prusse où son frère est grand maître de l’Ordre des Chevaliers teutoniques.

La Prusse est encore une région païenne de culture slave. Sa vie d’ermite attire les regards et sa charité provoque non seulement l’affection des populations locales, mais entraîne de nombreuses conversions. Elle meurt à Kulmsee dans un grand dépouillement, en 1260. Elle est la sainte patronne de la Prusse.

*aujourd’hui la ville polonaise de Chlemza.
Elle est patronne de la Prusse.
Paroisse sainte Jutta, 06526 Sangerhausen – en allemand

 

 

Brève chronique histoire religieuse

 Judith, Dans la Bible, elle est l’héroïne du Livre qui porte son nom. Femme intrépide, remplie de foi en Dieu et de patriotisme, elle risque sa vie pour sauver la liberté et l’honneur de son peuple. Si on l’a comparée à Jeanne d’Arc, comme libératrice nationale, elle en est toutefois fort différente dans sa manière d’agir. Pour sauver la ville et les gens de Béthulie, sa région natale, Judith utilisera son charme et sa beauté, ce qui ne diminue en rien son courage. Elle séduit l’ennemi, le général Holopherne, chef des armées de Nabuchodonosor. Ayant réussi à l’endormir, elle lui tranchera la tête. L’action guerrière de Judith a inspiré nombre d’artistes : ainsi Michel-Ange, Mantegna, Botticelli et encore Véronèse et Donatello.

 

Peinture du CARAVAGE 1598

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils