Derniers articles

Catégorie articles

3 Mars Fête de Saint GUENOLE


Guénolé

Fondateur de l’abbaye de Landévennec 

C’était au temps où les Bretons quittaient leur île, devant les envahisseurs saxons pour gagner l’Armorique. Winwalloë, fils de dame Gwen et d’un notable gallois , naît près de Saint-Brieuc. On le confie à Saint Budoc qui tient une école monastique sur l’île Lavret (archipel de Bréhat). A 24 ans, saint Patrick d’Irlande lui apparaît en le priant de fonder un nouveau monastère. Il part avec 11 compagnons et se fixe d’abord sur l’îlot de Tibidi au fond de la rade de Brest, puis sur la rive opposée de l’Aulne, à Lantowinnoc, Landévennec actuellement où il fonde l’abbaye en 485.

Après sa mort, son culte se répand en Cornouaille bretonne et britannique. Dans l’abbaye de Landévennec, les moines ne manquent pas d’invoquer chaque soir « leur père saint Guénolé. » De très nombreuses paroisses de Bretagne sont placées sous son patronage en particulier Batz-sur-Mer.

 

Comme la lettre de Louis le Pieux attestant sa rencontre avec l’abbé de Landévennec en 818 parle du ‘monasterio Landeuinnoch’ on tiendrait là un témoignage du tout début du IXe siècle attestant qu’un monastère portant le nom de saint Guénolé est déjà solidement implanté en ce lieu.

Martyrologe romain

« O mes frères bien-aimés, afin de mériter de posséder là-haut dans le ciel la plus paisible tranquillité et la paix la plus tranquille, ne recherchez pas la paix en ce monde. »

Saint Guénolé dans « sa vie » par le moine Clément

 

Brève chronique d’art sacré

La statue de saint Guénolé en habit de Père Abbé : kersanton, fin XVe-début XVIe.

Matériau :  kersantite (roche magmatique au très beau grain extraite en rade de Brest près de l’Hôpital-Camfrout depuis le XVe siècle). Elle a été commandée par Jehan du Vieux-Chastel, dernier abbé régulier de Landévennec de 1496 à 1522 et restaurateur de plusieurs monastères relevant de l’abbaye. 

La crosse est brisée (sauf l’implantation), mais l’Abbé porte la mitre à fanons, les chirothèques (gants de cérémonie des évêques et cardinaux), les anneaux (chaque doigt long de chaque main porte une bague, alternativement sur la phalange ou sur la phalangine), la chape à orfrois, tandis qu’il tient le livre ouvert de la Règle.

À la base sont sculptées les armoiries fascées d’or et de gueules à six pièces de la famille  du Vieux-Chastel, avec la crosse propre à l’abbé, mais aussi des sortes d’étoiles qui sont des hermines.

—SOURCES CHAURIS (Louis), 2011, Recherches lithologiques dans les ruines de l’abbaye de Landévennec ou « la leçon des pierres », Avel Gornog n°19, juillet 2011, pages 37 à 43.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils