Derniers articles

Catégorie articles

29 Mars Fête de Sainte GLADYS


Sainte Gladys (ou Gladez) est une reine galloise du Ve siècle. Après la mort de son mari, elle se convertit au christianisme pour se repentir de ses actions adultères et est reconnue comme sainte. Particulièrement apprécié en Angleterre, ce prénom est remarqué en France au XXe siècle et n’a, depuis lors, cessé de voir fluctuer sa renommée.

Elle et son mari Gondlée étaient devenus des saints, non sans peine.
Gondlée, chef de clan, avait enlevé sa future épouse, dont la fidélité conjugale fut loin d’être exemplaire.

Or le fils de tels parents, Cadoc, se manifesta très vite, au contraire, comme un saint authentique.
Il eut assez d’influence pour amener ses parents à quitter leur existence brutale.

Devenue veuve, Gladys se convertit et se fit ermite, vivant dans la prière et la pénitence au bord de la rivière Ebbwé, dans l’Ouest de l’Angleterre.
Elle termina sa vie dans la paix de la conversion du cœur.

Quant à son fils, devenu Moine, il fonda un Monastère dans la région de Cardiff, puis se réfugia avec ses Moines en Armorique, notre Bretagne, lors de l’invasion des tribus saxonnes.
Ayant rencontré Saint Gildas, le Moine Cadoc portera l’Évangile dans la région de Vannes en Morbihan.

Ainsi, le fils et la mère se sont retrouvés par la Miséricorde du Seigneur qui « écrit droit avec les lignes courbes de nos vies ».

De retour en Angleterre, Cadoc prend soin de ses compatriotes, les Celtes des comtés orientaux combattant les conquérants saxons, qui le livrent au martyre à Weedon.
Il avait mené jusqu’au bout le beau combat de la Foi.
Le prénom Cadoc, ou encore Kadeg, a d’ailleurs le sens, en celtique, de « combattant valeureux ».

 Dictionnaire hagiographique intitulé Dix mille saints et rédigé par les Bénédictins de Ramsgate en Angleterre 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils