Derniers articles

Catégorie articles

28 Mars Fête des Rameaux et de la Passion


                                 

         Jésus entrant à Jérusalem, Cathédrale de Bruxelles

Acclamé avec des rameaux…

« Six jours avant la fête de la Pâque, lorsque le Seigneur fit son entrée à Jérusalem, les enfants allèrent à sa rencontre. Ils tenaient en main des branches de palmiers et criaient à plein voix:

Hosanna au plus haut des cieux!

Sois béni, toi qui viens tout rayonnant de bonté! » (antienne)

Puis injurié, Jésus marche jusqu’au pied de la croix.

Jésus prend la condition de serviteur et nous montre la toute puissance de l’amour de Dieu.

Dans nos combats et nos faiblesses, il nous offre la joie du salut et

 l’espérance de la Résurrection.

 

 

Brève Chronique religieuse

Le dimanche des Rameaux est un acte prophétique à la lecture de la Semaine Sainte. C’est-à-dire que Jésus rentre dans Jérusalem sur un âne, alors que les rois et les empereurs rentrent sur des chevaux lorsqu’ils veulent conquérir une ville. Jésus, lui, veut conquérir nos cœurs. Jamais par le titre de roi de fils de David, mais monté sur un âne pour montrer que sa royauté n’a pas grand-chose à voir avec la royauté traditionnelle et terrestre. La royauté de Jésus s’incarne sur la Croix.

La construction liturgique de cette célébration si particulière peut sembler paradoxale: elle débute par une exultation et bascule ensuite dans une tonalité plus grave, avec le récit de la Passion. Comment comprendre cette apparente dichotomie?

Ceux qui acclament Jésus, et qui ne sont pas forcément historiquement les mêmes que ceux qui le condamnent, nous montrent que l’adhésion à Jésus-Christ est fragile, versatile, et capable d’évoluer de manière dramatique car elle peut se faire manipuler. La foi n’a donc pas grand-chose à voir avec une opinion majoritaire ou minoritaire. La foi n’est pas croire que ce que nous ou autrui pensons est vrai, mais c’est penser que ce que Jésus nous dit est vrai. Il faut passer d’une acclamation extérieure désirée par la foule mais peu pensée, à une foi d’adhésion qui comprend non pas ce que d’autres voudraient, mais ce que Jésus voudrait que nous comprenions.

Sources Newsletter du Vatican

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils