Derniers articles

Catégorie articles

Jeudi 31 décembre Fête de St SYLVESTRE


La célèbre Légende dorée de Jacques de Voragine, une vie des saints écrite au XIIIe siècle, lui fait l’éloge d’avoir converti l’empereur au christianisme en le guérissant de la lèpre par le baptême. Selon certains historiens, le souverain aurait bien plutôt épousé la foi chrétienne pour des raisons politiques, sensible au succès grandissant du christianisme. Le dominicain Jacques de Voragine raconte aussi que Sylvestre aurait aussi dompté un dragon en lui soufflant à l’oreille «les paroles du Saint-Esprit».

Il meurt le 31 décembre 335.


Icône du premier concile de Nicée. A gauche (à droite de l’autel) le représentant de l’évêque de Rome préside, et en seconde place, à droite, la puissance invitante, l’empereur Constantin 

Le pape du concile de Nicée

Sylvestre Ier tient les rênes de l’Église au moment d’une époque charnière du christianisme. En 313, Constantin Ier avait promulgué l’édit de Milan qui tolérait le christianisme. Sous le pontificat de Sylvestre se tient le concile de Nicée, qui réunit à la demande de l’empereur, en 325, les évêques d’Orient et d’Occident. Les canons qui y sont adoptés décrètent notamment que l’arianisme est une hérésie. La doctrine établissait que le Christ, puisqu’il était créé après le Père, ne pouvait avoir une nature similaire à celui-ci. Et lui était donc inférieur.

Pontife effacé ou fatigué, Sylvestre laisse le soin à Constantin de se rendre au concile à sa place et d’affermir le canon chrétien. C’est également l’empereur qui entreprend la construction du Saint-Sépulcre de Jérusalem, un vaste complexe bâti sur le lieu présumé du tombeau d’où le Christ aurait ressuscité, d’après les Évangiles.

Les éloges, justifiés ou non, réservés par les traditions chrétiennes à Constantin auront sans doute obscurci la figure de Saint Sylvestre.

La fête du Nouvel an viendra mettre en lumière son nom des siècles plus tard, quand Charles IX, établit en 1564 le 1er janvier comme premier jour de la nouvelle année.

Au delà de l’aspect religieux que savons nous sur ces fêtes du nouvel an?

L’origine de la Saint-Sylvestre semble cependant avoir précédé au saint lui-même. Ce sont les romains et précisément Jules César qui semblent être les vrais inventeurs du jour de l’an en fixant cette date au 1er janvier. Ainsi l’ancêtre de notre réveillon du 31 était ce que l’on appelait les “Sigillaires”, qui clôturaient les festivités de décembre, les Saturnales. A cette occasion les convives s’échangeaient des cadeaux et se réunissaient autour de grands festins. Une version antique pas si éloignée de nos réveillons modernes. Par Clotilde Costil

Après les Saturnales, les Sigillaires.
source : https://www.destinationrome.fr/

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils