Derniers articles

Catégorie articles

23 Février Fêtes de Saint LAZARE et de Saint ALEXANDRE


Lazare l’Iconographe

A ne pas confondre avec Lazare le ressuscité par Jésus, frère de Marthe

Né en Arménie, moine, peintre remarquable de saintes images, il refusa de détruire ses œuvres et, sur l’ordre de l’empereur iconoclaste Théophile, le fit jeter dans un cloaque. L’empereur lui fit alors brûler la paume des mains et fut soumis à d’atroces tortures,. Mais l’impératrice Théodora le cacha dans une église, le soigna et le guérit mais peu après, quand la controverse sur le vrai culte des icônes fut apaisée, l’empereur Michel III l’envoya à Rome pour rétablir la concorde et l’unité de toute l’Eglise. Il défendit avec ardeur la sainte foi orthodoxe. Exilé sur les bords du Bosphore, il peignit, à son retour à Constantinople, une grande icône du Sauveur qui fut placée à la porte du palais impérial. Il fut envoyé une deuxième fois à Rome auprès du Pape pour s’entretenir avec lui sur les moyens de restaurer la paix et l’unité. C’est au cours du second voyage qu’il meurt dans la ville des saints Apôtres.
Il est connu aussi sous le nom de Lazare le Confesseur ou Lazare du Caucase est fêté le 23 février dans l’Église orthodoxe. Il meurt vers 867,

 

Brève chronique d’Art Sacré

Il aurait peint les anges de l’Icône de Notre Dame du Perpétuel secours avant de l’offrir au Pape Nicolas 1er. Cette icône est très connue. Elle représente la Vierge avec l’enfant Jésus entourée des archanges Michel et Gabriel. Les 5 lettres grecques au dessus d’elle signifient « Mère de Dieu » et les lettres IC et XC Jésus

La sandale de l’enfant Jésus est détachée signifiant le « rachat » (coutume Israélite de donner sa chaussure pour conclure un marché)donc la rédemption de toute l’humanité lors de sa Passion.

Jésus regarde l’ange lui tendant les instruments de sa passion et non sa mère comme sur d’autres icônes tandis que la Vierge nous regarde plutôt que son enfant : ainsi elle est vénérée comme une Mère universelle, celle du Sauveur de tous les hommes.

Elle était vénérée par le fondateur des Rédemptoristes, Saint Alphonse de Liguori.

Martyrologe romain 

Egalement nous fêtons

Alexandre l’acémète*, Confesseur 

Il naquit vers 350 dans une île de la mer Egée en Grèce. Sa formation littéraire à Constantinople en fit un grand lettré. Devenu militaire, il fut gouverneur du Prétoire. Après quatre années de service, il se retira au désert comme le prophète Elie d’abord en Mésopotamie. Les disciples affluèrent et il répartit ses moines en quatre groupes: grecs, romains, syriens et égyptiens.  Il leur donna pour règle de se succéder jour et nuit dans l’église pour chanter sans cesse l’office liturgique la Laus Perennis,  dans la langue qui était la leur. Puis, il vint à Constantinople où il fut le fondateur du célèbre monastère des Acémètes (ceux qui ne dorment pas mais se relaient pour la prière perpétuelle) dont s’inspirèrent beaucoup d’autres monastères en Orient.

Il meurt en 430

Martyrologe romain

* Les moines acémètes (IVe siècle), littéralement « ceux qui ne dorment pas ». Certains ermites – ils sont très rares – s’attachent à cette pratique très ancienne, suivant en cela à la lettre le conseil du Christ Jésus – « Prenez garde, restez éveillés, car vous ne savez pas quand ce sera le moment […]. Ce que je vous dis, je le dis à tous : veillez » […]. — (François de Muizon, dans « Le secret des ermites d’aujourd’hui », éditions Nouvelle Cité, Montrouge, 2001, p. 67)

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils