Derniers articles

Catégorie articles

21 Avril Fête de Saint ANSELME


Anselme de Cantorbéry

Archevêque, docteur de l’Église (✝ 1109)

Originaire du Val d’Aoste, il veut se faire moine alors qu’il a 15 ans. Mais son adolescence le fait changer d’avis: la vie mondaine lui semble plus amusante et attirante, plaisant à tous et à toutes. A la mort de sa mère, il quitte son père dont le caractère était invivable et gagne la France « à la recherche du plaisir ». Ce qui ne l’empêche pas de poursuivre en même temps ses études. Et c’est ainsi qu’à 27 ans sa vocation de jeunesse se réveillera à l’abbaye du Bec en Normandie où il était venu simplement pour étudier, attiré par la renommée de cette école dirigée par Lanfranc. A peine moine profès, le voilà choisi comme prieur, n’en déplaise aux jaloux. Mais sa douceur gagnera vite les cœurs.  Il est élu abbé et mènera de front cette charge et une intense réflexion théologique: selon lui, puisque Dieu est le créateur de la raison, celle-ci, loin de contredire les vérités de la foi, doit pouvoir en rendre compte. A cette époque, des relations étroites existaient entre l’abbaye du Bec et les monastères anglais proches de Cantorbery. En 1093, lors d’une visite de ces monastères, saint Anselme se retrouve élu évêque de Cantorbery. Son attachement à l’indépendance de l’Église contre les prétentions des rois d’Angleterre lui vaudra plusieurs exils. Il aspire à retrouver la paix du cloître, mais le pape ne l’autorise pas à quitter sa charge. C’est donc au milieu des tracas occasionnés par sa réforme de l’Église d’Angleterre qu’il mène à bien l’œuvre théologique qui lui vaudra le titre de « Docteur magnifique ».

 

Durant l’audience générale du 23 septembre 2009, le Saint-Père a évoqué la figure de saint Anselme, dit d’Aoste, du Bec ou de Canterbury, né à Aoste (Italie) en 1033… Il défendit l’Église anglaise des ingérences politiques des rois Guillaume le Rouge et Henri Ier, ce qui lui coûta d’être exilé en 1103. Anselme consacra les dernières années de sa vie « à la formation morale du clergé et à la recherche théologique », obtenant le titre de Docteur magnifique. « La clarté et la rigueur de sa pensée eurent pour but de porter l’esprit vers la contemplation de Dieu, soulignant que le théologien ne saurait compter sur sa seule intelligence mais devait cultiver une foi profonde ».

L’activité théologique de saint Anselme « se développa en trois volets: la foi comme don gratuit de Dieu qui doit être accueillie avec humilité, l’expérience qui est l’incarnation de la Parole dans la vie quotidienne, et la connaissance qui n’est pas seulement le fruit de raisonnements mais aussi celui de l’intuition contemplative… Son amour de la vérité  et sa soif constante de Dieu…peuvent être pour le chrétien d’aujourd’hui un encouragement à rechercher sans cesse le lien profond qui nous unit au Christ…

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils