Derniers articles

Catégorie articles

1er Avril JEUDI SAINT et Fête de SAINT HUGUES


JEUDI SAINT : 

                    MEMORIAL DE LA CENE DU  SEIGNEUR

                                                    Illustration chapiteau de la Cène, église St Austremoine  d’Issoire

 Fête de St Hugues de Grenoble

évêque de Grenoble (✝ 1132)

.
vers 1053 à Châteauneuf sur Isère, dans le département de la Drôme, il était le fils d’un officier. Saint Hugues était chanoine de Valence quand le légat du Pape Grégoire VII le nomma au siège épiscopal de Grenoble dans le Dauphiné. A cette époque, une grande partie du clergé de ce diocèse était d’une moralité particulièrement déplorable. Au bout de deux années, Hugues, découragé, se retira à l’abbaye de la Chaise-Dieu dans le Velay. Il y vécut quinze mois parfaitement heureux, jusqu’au jour où un ordre pontifical lui enjoignit d’aller réoccuper son siège épiscopal. Ce fut lui qui procura à saint Bruno, son ancien professeur de Reims, la solitude inaccessible qu’il cherchait pour y fonder son Ordre. Il l’installa dans la vallée de la Grande-Chartreuse d’où il tire son nom. Hugues y séjournait le plus souvent possible. Saint Bruno, qu’il avait pris comme directeur spirituel, eut souvent fort à faire pour l’empêcher de ruiner sa santé à force d’austérités. Il lui interdit notamment de vendre le cheval qui lui servait pour visiter son diocèse, comme il avait vendu, pour aider les pauvres, l’anneau pastoral qu’on lui avait offert et son calice le plus précieux. Saint Hugues prit une part importante au concile de Vienne (1077) où fut condamné l’empereur Henri IV, l’habile simulateur de Canossa devant le pape Grégoire VII. Il meurt après plus de cinquante ans d’épiscopat, le 1er avril 1132.«  et fut canonisé deux ans plus tard par Innocent II. Son culte connut une large diffusion, en particulier grâce à l’appui des Chartreux, qu’il avait beaucoup aidés et qui le considéraient comme l’un des leurs.

Martyrologe romain

 

« Pour moi, ce qui est bon, c’est-à-dire ce qui est utile, c’est de m’unir à Toi, mon Dieu, par mes pensées, et de placer en Toi, Créateur de toutes choses, toute mon espérance, c’est-à-dire tout mon désir. »

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils