Derniers articles

Catégorie articles

14 Février Fête de Saint VALENTIN


 

Reliques rapportée des catacombes de Rome, par le Comte Saisie. Eglise de Rostrenen en Bretagne

 

 

Saint Valentin

Martyr et évêque de Terni… 

Selon Nominis, le site de référence de la Conférence des évêques de France sur les saints du calendrier, qui reprend le Martyrologe Romain, le 14 février est fêté Valentin, « martyr et évêque de Terni ? » (sic), mort en 269. 

« Il était, dit-on, évêque de Terni en Italie et jouissait du renom de thaumaturge. Un miracle le fit connaître comme chrétien et le préfet de Rome fit mettre à mort celui qui avait mis ses pouvoirs de prêtre et ses talents de médecin au service des chrétiens prisonniers pour leur foi. »

Mais selon Jacques de Voragine, dans son ouvrage la Légende dorée, considéré comme une véritable somme hagiographique et l’un des ouvrages du XIIIe siècle les plus lus, il existe un autre Valentin, pour la même date, également mort martyr à la même époque.

Ce second Valentin est prêtre. L’empereur Claude lui avait demandé de renier sa foi.  Valentin lui répondit : « Si tu connaissais la grâce de Dieu, tu ne parlerais jamais ainsi, mais tu renoncerais aux idoles pour adorer Dieu qui est, au ciel. »  L’interrogatoire se poursuit, et les réponses de Valentin finissent par troubler l’empereur.  Alors, Claude, s’adressant à ceux qui étaient présents : « Romains, leur dit-il, écoutez comme cet homme parle avec sagesse et droiture », relate la Légende dorée. Mais le préfet, voyant que l’empereur Claude se laisse convaincre, l’en dissuade et confie Valentin à la garde d’un soldat. Celui-ci l’emmène chez lui. Valentin soigne sa fille qui était aveugle et convertit toute la maison. Ce qui n’infléchit pas le cours de l’histoire : l’empereur le fait décapiter en 280.

On se retrouve alors avec deux martyrs du même nom, décapités dans la même époque et fêtés à la même date à Rome, sur la voie Flaminienne, près du pont Milvius.

Le 15 février, les Romains célébraient avec faste le dieu Faunus Lupercus, dans une grande fête païenne dédiée à l’amour et à la fécondité. Pour contrer cette célébration, parfois débauchée, le Pape Gélase Ier, en 495, décida de marquer plus solennellement saint Valentin, mais sans autre raison. Ainsi fut supprimée progressivement la dernière fête païenne.

Une confusion entre différentes légendes du Moyen Age l’a fait devenir patron des amoureux

Martyrologe romain

.

Illustration: Reliques de Saint Valentin, église Saint-Remy, à Montignies-sur-Sambre 


On noter également un autre

Saint Valentin

prêtre et ermite (✝ 547)

Élevé à la cour du roi Childebert, il refusa de se marier pour mieux se donner à Dieu. Ce qui ne fut pas sans résistance de la part de son père et de ses amis. Mais il resta inébranlable dans sa décision, emportant enfin leur adhésion. Il avait 28 ans quand Dieu le rappela à lui.
À Langres, vers le VIe siècle, saint Valentin, prêtre et ermite.

Martyrologe romain

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils