Derniers articles

Catégorie articles

13 Janvier St Hilaire de Poitier


En accroche de cette page: Fresque église du St Esprit, Paris 12ème

Hilaire de Poitiers (vers 315 – 367)

Basilique Sainte Clotilde - Paris (7)

Hilaire de Poitiers est issu de l’aristocratie gallo-romaine d’Aquitaine. Il reçoit une bonne éducation et il est formé à la rhétorique latine. Né païen, il se convertit au contact de la Bible, et n’est baptisé que vers 3452. Il est père de famille lorsqu’il est élu évêque de la ville de Poitiers vers 350.

En 355, il s’oppose à l’arianisme qui niait la nature divine de Jésus-Christ et qui se développe en Gaule. Sa position lui valut trois ans plus tard d’être exilé en Phrygie sur ordre de l’empereur Constance.. C’est là qu’il découvre la pensée des théologiens orientaux et qu’il écrit ses grands traités de doctrine trinitaire : de Trinitate, de Synodis.

Hilaire retrouve sa ville de Poitiers en 360-361. Son influence s’exerce au Concile de Paris de janvier 361, condamnant clairement l’arianisme*. Hilaire continue à écrire pour l’édification de son peuple, en particulier son Traité des mystères, catéchèse mystagogique et allégorique, ainsi que ses Commentaires sur les psaumes.

Basilique Sainte Clotilde Paris (7)

En accueillant saint Martin, pour fonder le monastère de Ligugé, il favorisa l’instauration du monachisme en Gaule.

 

 « Il avait fait construire pour sa sépulture, hors les murs, dans le cimetière sud de la ville, une chapelle dédiée aux saints Paul et Jean, martyrs romains morts en 362. Il y fut enterré entre son épouse et sa fille, Sainte Abre. Des fouilles conduites par l’INRAP en 2007 et 2008 sur un terrain proche de l’actuelle église Saint-Hilaire le Grand ont mis au jour une nécropole paléochrétienne. Ce serait donc autour de la tombe de Saint Hilaire que s’est développé un complexe funéraire et religieux à partir du ive siècle, comprenant une basilique, des édifices annexes et un cimetière. En 412, le site est détruit par les Vandales et en 453 par les Huns. » sources Wikipédia

*Arianisme: Doctrine professée par Arius et ses disciples qui est fondée sur la négation de la divinité de Jésus. L’arianisme niait la consubstantialité, c’est-à-dire, l’égalité de substance du Fils avec le Père et considérait Jésus le Fils de Dieu comme une nature inférieure, subordonnée. Cette hérésie, qui touche un point essentiel de la foi chrétienne: « la divinité de Jésus», a été condamnée par le concile de Nicée en 325.

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils