L’Église a institué 7 sacrements :

le baptême, l’eucharistie, la confirmation appelés sacrements de l’initiation à la vie chrétienne,

la réconciliation (appelée aussi confession)

le mariage, l’ordre, et l’onction des malades.

Notre paroisse propose ces divers sacrements selon les demandes.

Certains peuvent être reçus en groupe, avec des membres du diocèse, de paroisses voisines ou de la paroisse St Ephrem, d’autres d’une manière individuelle.

L’eucharistie peut être reçue lors de chaque messe, ou pour les personnes isolées et malades, à domicile sur demande, par un membre de l’équipe du service évangélique au près des malades (SEM).

 

 

Baptême

Le mot baptême signifie « plonger, immerger ». Le baptême est un rite de passage: avec le Christ nous traversons la mort et nous participons à sa vie de ressuscité. Marqué du signe de la croix,  et du saint chrême, plongé dans l’eau, le nouveau baptisé renaît à une vie nouvelle. Devenu chrétien, il peut vivre dans l’Esprit de Dieu.

On peut être baptisé à tout âge, les adultes sont de plus en plus nombreux à faire le pas.

Etre parrain ou marraine de baptisé, c’est l’accompagner dans sa vie chrétienne. C’est pourquoi il est demandé que les parrains ou marraines soient baptisés et confirmés.

Pour plus d’information, suivez le lien.

 

 

Mariage

Le mariage est l’alliance entre un homme et une femme unis par un même amour. Dans cette alliance se révèle le plus pleinement l’histoire des alliances entre Dieu et l’humanité scellée dans l’amour du Christ qui a donné sa vie pour nous. Le sacrement de mariage que les futurs époux se donnent devant un représentant de l’Eglise (prêtre ou diacre) sanctifie l’union d’un homme et d’une femme et situe l’amour de ces  époux au cœur de l’amour de Dieu pour l’humanité.

Pour plus d’information, suivez le lien.

 

 

L’Eucharistie

L’Eucharistie, c’est la rencontre du Christ lui-même, dans le pain le vin devenus corps et sang du Christ.

Dieu nous invite à la rencontre par la fraction du pain. Dieu vient à nous. L’Eucharistie donne la force  d’aimer Dieu et nos frères.

La première Eucharistie que l’on reçoit est appelée « première communion ». Elle est une étape de la vie chrétienne à l’issue des années de catéchisme, suivie de la Profession de Foi. Mais on peut se préparer à tout âge à ce sacrement. Il convient de s’y préparer en recevant régulièrement le sacrement de Réconciliation.

Confirmation

La confirmation accomplit le don du baptême. Ce sacrement unit plus fermement le baptisé au Christ et déploie en lui les dons de l’Esprit-Saint. Il affermit la foi et l’espérance et aide à rendre témoignage de la foi chrétienne en paroles et en actes.

Vivre un sacrement c’est avoir la certitude que Dieu nous aime, qu’il veut notre bien et nous faire grandir dans cet amour.

Par le sacrement de la confirmation, le lien des baptisés avec l’Église est rendu plus parfait, ils sont marqués du sceau de l’Esprit Saint

Pour plus d’information, suivez le lien.

 

 

Réconciliation

Ce sacrement est le signe de l’amour infini de Dieu. Le pardon de Dieu est toujours possible, si nous faisons une démarche vraiment sincère. En se reconnaissant pécheur, nous croyons que l’amour infini de Dieu est toujours le plus fort. Le dialogue avec un prêtre est le signe efficace de la réconciliation avec Dieu et avec nos frères.

Pour plus d’information, suivez le lien.

 L’Onction des malades

Depuis Vatican II, l’onction des malades n’est plus destinée aux seuls mourants (on parlait d’extrême onction) mais à tous ceux, malades qui, dans leurs souffrances et leurs difficultés, demandent courage et espérance et reçoivent de l’Église, par ce sacrement, force spirituelle et confiance.

« Si l’un de vous est malade, qu’il fasse appeler les anciens de la communauté qui prieront pour lui en pratiquant une onction d’huile au nom du Seigneur » St Jacques 5,14

Ce sacrement est signe de tendresse de Dieu pour les malades. Il pacifie et réconcilie le malade avec lui même, avec les autres et avec Dieu.

Ce sacrement peut être donné à tout moments de fragilité de la vie: maladie, vieillesse.

Le prêtre trace  l’onction sur le front et sur les mains avec l’huile, symbole de fertilité, de robustesse, et du pouvoir purifiant de Dieu. Son rôle est de laver le cœur du malade de tout ce qui le trouble: « Par cette onction sainte, que le Seigneur, dans sa grande miséricorde, t’accorde son aide, qu’il soit à tes côtés avec la force du Saint Esprit »

 

Pour plus d’information, suivez le lien.

Merci à J.F. Kieffer pour ces illustrations.